Interview : l’increvable Dona Ndoh est de retour

Ande bonjour. Tu sembles en avoir terminé avec tes soucis de santé, de quoi souffrais-tu au juste ?

J’avais une gêne au niveau du pubis. On a fait le point avec le doc et il m’a laissé quelques jours de repos pour récupérer. Aujourd’hui je suis prêt. Ça va beaucoup mieux.

Tu es le meilleur buteur de notre équipe cette saison. A quoi attribues-tu cette réussite ?

La réussite il faut aller la chercher. Mais partout où je suis passé j’ai toujours marqué des buts. Pour moi ce n’est pas une surprise. Etre le meilleur buteur c’est bien, mais ce qui m’importe le plus c’est de nous sortir de cette période délicate.

Où puises-tu cette force morale qui te permet de rebondir chaque fois après des périodes difficiles ?

Dans la foi. Je crois beaucoup en Dieu. Il est tout pour moi. Ainsi je ne doute jamais. Que ce soit dans les périodes difficiles ou dans la réussite, je ne suis jamais inquiet. Je sais que c’est lui qui décide.

Vous venez de concéder un nul frustrant face au Red Star. Comment est le moral des troupes ?

Franchement, c’est une grosse déception car il y avait la place pour passer. On est tous conscients qu’il nous fallait ces trois points. Il n’y a pas de question à se poser et on se doit de vite réagir. Il faut récupérer ces trois points, et si on y arrive pas à domicile alors ce sera à l’extérieur. On doit arriver à faire basculer ces matchs nuls en victoires. Passer à autre chose, donner plus dans tous les domaines.

Est-ce un avantage de rejouer trois jours plus tard ?

Pour moi oui. Je préfère enchaîner les matchs que de m’entraîner de longues semaines. Qu’on soit dans une mauvaise passe pour plus vite essayer de s’en sortir ou rester sur la dynamique quand on est en réussite. Ce calendrier ne doit pas nous servir d’excuse.

Votre adversaire vient de perdre 5-0 à Metz. Est-ce une bonne chose pour vous ?

Peu importe. Qu’il ait perdu 5-0, 3-0 ou bien gagné 2-0, pour nous ça ne change rien. On doit être fin prêts pour remporter la rencontre, éviter le piège tendu par ce score fleuve et ne pas prendre les choses à la légère. On doit avant tout se concentrer sur nous.

Comment expliques-tu le fait que vous pratiquiez plutôt un bon football pas récompensé par des victoires ?

C’est une question que je me pose souvent. On a déjà connu ça la saison dernière. Pourtant on pose des problèmes à pas mal d’équipes. Il faut insister, persévérer, donner encore plus et il n’y a pas de raison qu’on n’y arrive pas. Je suis sûr que le travail va finir par payer.

Propos recueillis par Bruno AHIME

P.-S.

Niort